Peindre bio avec la peinture à la caséine

caséine

 

Connaissez-vous la peinture à la caséine ? Tombée un peu dans l’oubli suite à l’apparition de nos peintures modernes ultra-polyvalentes, elle mériterait grandement d’être réhabilitée pour ses qualités esthétiques s’apparentant à la gouache. Douce, veloutée, agréable à travailler, elle est parfaitement naturelle et ne comporte aucun produit nocif pour la santé.De plus, elle est peu onéreuse. Alors, que demande le peuple ? Des explications peut-être… C’est parti 😉

Qu’est-ce que la caséine ? 

La caséine est une des principales protéines présentes dans le lait. En tant que substance au pH acide -elle contient notamment de l’acide phosphorique-, elle est susceptible de réagir avec un produit alcalin pour former, en l’occurrence, une colle. C’est ainsi qu’on l’utilise comme colle ou liant en peinture depuis maintenant des millénaires ! 

La base la plus communément employée pour réagir avec la caséine est le borax, un sel cristallin alcalin. Caséine et borax sont vendus le plus généralement en poudre dans les magasins de beaux-arts ou chez des fournisseurs pour peinture d’intérieur. On peut remplacer le borax par de l’ammoniaque, des sels d’alun, ou même d’autres substances alcalines, mais mieux vaut s’aventurer en terrain connu.    

Les caractéristiques de la peinture à la caséine

Comme dit plus haut, l’aspect de cette peinture après séchage est mat, doux, velouté, un peu comme un velours extrêmement fin. On peut l’employer sur un grand nombre de supports à condition qu’ils soient rigides, et tout aussi bien :

  • Dans la décoration d’intérieur pour recouvrir une surface, peindre des motifs sur un mur badigeonné à la chaux, réaliser un décor mural. Le grand avantage de cette peinture est qu’elle s’intègre extrêmement bien dans tous types d’intérieurs, ancien ou récent, du fait de son rendu authentique. La colle à la caséine peut également servir à solidifier une peinture à la chaux dont la matière s’effrite et salit celui qui s’y appuie ( vous savez, quand vous avez des traces blanches dans le dos de votre pull noir 😉 ).     
  • Dans la peinture artistique, mais, encore une fois, sur un support rigide ! En effet, une fois sèche, le film (= la couche) de peinture devient rigide et peut craqueler sur une toile même tendue : preuve à l’appui dans cette peinture ci-dessous…

 

Caséine perroquet  

 

En pratique:

  • La colle à la caséine sèche assez vite, un peu moins cependant que la peinture à l’acrylique. Cependant, elle met plusieurs jours à sécher et durcir en profondeur, ce qui n’empêche pas de réaliser plusieurs couches les unes à la suite des autres. Difficile du coup de réaliser des fondus ou des dégradés, à moins de rajouter de la méthylcellulose (colle à papier peint) pour retarder un peu le séchage; mais ça ne fonctionne pas toujours aussi longtemps qu’on voudrait.
  • Les touches du peintre sont visibles et nettes, ce qui donne un effet très intéressant !
  • Elle peut être utilisée tout aussi bien en semi-épaisseur qu’en transparence.
  • Après séchage complet (plusieurs jours), la peinture est couvrante, irréversible, micro-poreuse, solide et stable. 

Procédé et recette

Pour fabriquer de la peinture à la caséine, il vous faut de la poudre de caséine, du borax, de l’eau, des pigments, plusieurs petits récipients et une touillette. La caséine est toujours vendue sous forme de poudre pour une meilleure conservation, parfois fournie en kit avec le borax, dans un sachet à part.  

Soit vous suivez les instructions spécifiques du fabricant, soit voici les étapes de préparation :

  • Tremper 3 parts de poudre de caséine dans 3 fois son volume d’eau pour la détremper ( pour les matheux, ça fait 9 parts d’eau 😉 ). Patientez un peu. 
  • Trempez le borax dans un peu d’eau à part. 
  • Ajouter le borax à la caséine et touillez. Le mélange va réagir en s’épaississant pour former une colle. Attendre une bonne heure le temps que la réaction chimique soit complète.
  • Pendant ce temps, sur une plaque, écrasez vos pigments avec de l’eau, à la spatule ou au couteau à peindre, jusqu’à ce que vous ayez une pâte de pigments semi-liquide pour chacune des couleurs que vous emploierez. Sinon, achetez une pâte de pigment à l’eau toute faite !
  • Au fur et à mesure de la réalisation de votre peinture, mélangez votre pâte de pigments à un peu de colle à la caséine, directement sur la palette. La difficulté consiste à mettre suffisamment de colle pour que la peinture sèche solidement, et à ne pas trop mettre d’eau pour que la peinture soit bien irréversible après séchage. 

A noter : Comme toutes les techniques à l’eau, la couleur fonce un peu une fois sèche.   

Adjuvants

Comme dit plus haut, la caséine donne un film rigide et cassant, qui convient beaucoup plus aux supports durs qu’aux supports souples. Mais, si vous insistez pour peindre sur support souple, il faut rajouter à votre colle de caséine un assouplissant : de la glycérine, à raison d’une part de glycérine pour trois parts de caséine sèche. 

Vernissage

Il n’est pas indispensable de vernir. Si tout s’est bien passé, la peinture devrait être très solide. Et puis, quel dommage de vernir une surface aussi veloutée ! 

Cependant, en tant qu’êtres humains, nos réalisations ne sont pas parfaites, surtout quand on fabrique soi-même sa peinture : cela nous expose à des petites négligences qui peuvent fragiliser la couche de caséine ( trop d’eau, trop de colle, un milieu trop acide…). Il existe alors des vernis mats conçus exprès pour les surfaces naturelles, et poreuses, comme le Capaplex. 

Ou alors, mieux, rajoutez 10% de Capaplex dans votre colle à la caséine avant de la mélanger à vos pigments. Cela consolidera le film de peinture et nul besoin de vernis ! 

Conclusion

Envie d’essayer ? Il n’y a plus qu’à s’y mettre, même si la mise en oeuvre peut paraître un peu fastidieuse ! Honnêtement, pour l’avoir pratiqué à plusieurs reprises, une fois qu’on a pris le temps de comprendre le procédé et de faire ses petites préparations -ce qui est amusant! – peindre à la caséine est un vrai régal ! 

… et en plus c’est bio. 

Si vous manquez de caséine, tentez, en ultime recours et seulement le couteau sous la gorge, le fromage blanc écrémé avec du borax, mais gare aux moisissures alors rajoutez quelques gouttes de clous de girofle… Zut, je n’aurais pas dû en parler, certains vont finir par essayer la peinture au fromage à raclette… 

A très bientôt !

Partagez autour de vous !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Fermer